Critérium de Founex

  • Photo ©Thierry De Groote
  • Photo ©Thierry De Groote

Le 23 septembre 2018

Magnifique régate, organisée de main de maître par Florence et Wil Wargnier et toute l’équipe du Club Nautique de Founex, avec un splendide vent d’ouest qui se renforce au fil de la journée pour atteindre les 20 noeuds + dans les rafales en fin d’après-midi.

Nous débutons au ralenti, avec un mauvais départ et une mauvaise vitesse, je ne sens pas le bateau à la barre et tout va de travers… Loin devant, Morpho, Pump-it-up et Sarita croisent le fer et terminent la régate dans cet ordre, tandis que nous franchissons la ligne d’arrivée à la huitième place sur dix inscrits.

Le vent monte gentiment et nous nous réveillons. Toute la deuxième manche se passe au coude-à-coude avec Zephyros de Constantin Pournaras, barré par l’excellent Patrick Mazuay de la voilerie North. La ligne de départ est favorable à la bouée et le vent au large; ce sont les options qui nous permettent de remporter cette manche, assorties à un marquage impitoyable. Petit match race entre amis, qui nous a souri.

Scénario identique sur les deux manches suivantes, tandis que le vent se renforce et que les équipages passent progressivement au Foc Inter. Nous restons sous génois, tout comme Zéphyros, et remportons deux nouvelles victoires face à notre adversaire direct, pénalisé par un équipage réduit à quatre personnes. Sarita termine ces deux manches à la troisième place, devant Little Nemo (légèrement moins rapide sous foc) et Pump-It-Up.

Le vent souffle à 20 noeuds bien établis à l’approche de la cinquième et dernière régate, avec des claques bien appuyées. Nous décidons enfin de passer au foc – avant de réaliser que les lattes sont restées à terre… Nous renvoyons donc le génois en catastrophe, et franchissons la ligne de départ en surpuissance, avant d’être rapidement distancé par les voiliers moins toilés.

L’arrivée à la première bouée au vent est épique: nous sommes en queue de peloton, layline tribord-amûres, et voyons Whituby débouler bâbord amures, tentant d’abattre pour passer derrière nous mais sans choquer ses voiles; nous craignons le pire car nous connaissons très bien le sujet !

Le barreur pousse enfin la barre, mais trop tard: nos gréements s’accrochent et le mât de Whituby s’effondre sur son pont. Tout est allé si vite; pendant un instant nous sommes choqués et paralysés. Puis nous constatons que personne n’est blessé sur Whituby, et que le comité est déjà sur place pour porter assistance; nous décidons donc de poursuivre la régate. Le jury vient d’ailleurs très rapidement nous confirmer que la situation ne présentait pas la moindre ambiguïté.

Pump-it-up et Little Nemo ont pris le large et sont hors de portée, mais les autres ne sont pas trop loin; la force du vent a joué des tours à bien des équipages. Tout se joue finalement lors du dernier bord de portant, durant lequel nous sommes le seul voilier à envoyer le spi (pour être honnête nous ne nous sommes pas posés la questions une seconde). Nous dépassons la flotte à pleine vitesse et terminons finalement troisièmes derrière Pump-it-up, qui arrache ainsi la deuxième place du général, et Little Nemo.

Au bout du compte, nous nous imposons avec une avance conséquente – six points sur quatre régates comptabilisées; j’ai eu la chance – et énormément de plaisir – de naviguer avec un équipage au top, mon fils Joshua et Cedric Galetto à l’embraque / contre-embraque, Eric Barde au piano et Dominique Aebi sur le pont avant.