Bol d’Or 2018

  • Aspro Grand Surprise Suisse
  • Aspro Grand Surprise Suisse

Les 9 et 10 juin 2018

Pour cette édition anniversaire du bol d’or une superbe flotte de grands surprises est alignée dans la rade de Genève. La préparation de cette course demande un peu plus d’organisation que les autres. Surtout à cause de la procédure d’inscription qui nous demande de venir un vendredi soir à Genève. Connaissant la fluidité légendaire du trafic local nous partons vers 14h de Lausanne pour être tranquille. Il nous faudra tout de même 1h10 pour faire le trajet omc-sng. Je suppose que c’est pour nous mettre dans l’ambiance au niveau de la vitesse de déplacement !

Les grands surprise héritent du secteur de ligne situé tout à la côte suisse. C’est de la chance, le petit séchard se pose uniquement de ce côté du lac. Nous avons une bonne ligne claire et nous sommes au contact de Flash, Pump-it-up, Mea Huna, Morpho, Takata et IO team dans un début de course fantastique. Flash mène le bol d’or au scratch pendant plusieurs minutes. Le spectacle est magnifique. Plus de 500 bateaux derrière nous c’est rare dans une vie !

A la hauteur de Versoix nous sommes au contact des D35. (Alinghi en particulier qui nous passe 50 m au vent).

Le séchard devient plus régulier mais il est toujours léger. Nous jouons plutôt la vitesse que le cap car le plan d’eau est très agité avec tous les bateaux suiveurs qui sont dans le secteur. Notre option tactique est simple, faire glisser avec le vent présent et jouer les variations du vent avec calme. On sait que la course sera très longue et que le vent sera globalement très variable. Donc pas de grand coup ou de grande théorie.

Cette manière de faire nous mène à ras la côte suisse accompagné de Flash, Mea Huna, Pump-it-up, Morpho. Takata est sorti un peu plus au large. Nous sommes le bateau le plus dessous et malgré que le vent adonne en babord amure nous prenons la tête. Le vent est plus appuyé dessous. La géométrie n’est pas bonne mais la pression si. Nous sortons du petit lac à la pointe de la Promenthoux. La flotte est compacte. Juste derrière se trouve les mêmes Flash, Mea Huna, Pump-it-up, Morpho. C’était clairement la bonne option pour sortir du petit lac. Les bateaux qui ont traversé sur la côte française ont beaucoup de retard.

Nous hésitons largement. Continuer côte Suisse et jouer le rebat ou virer et faire de la route direction du Bouveret ? Après beaucoup d’observation nous virons direction Thonon-Ripaille. Nous sommes agréablement surpris par la bonne pression du vent. Une sorte de rebat local. Nous filons en babord amure à l’asymétrique avec un vent qui semble posé dans la baie de Thonon. Nous forçons même vers le bas pour nous rapprocher de la côte. Cela paye, nous décrochons un peu le groupe des poursuivants qui avait lofé un peu plus. Je choisi d’aller dormir un peu. Mes équipiers avaient déjà commencé les siestes un peu plus tôt. Nous voulons rester mentalement frais pour la longue nuit qui s’annonce.

Vers Ripaille le vent tombe complètement. Il fait super chaud. C’est l’instant baignade du bol d’or ! Pendant une heure environ il ne se passe rien.

Le vent revient de devant. Quelques bouffées de vaudaire qui nous font tirer de bords juste devant Evian. Toute la flotte des grands surprise se retrouve à ras la côte française. Nous avons une petite marge mais ça à l’air bien compact entre la place 2 et 10. Takata, Elpénor 3, Morpho, Filochard, Flash et les autres…

Nous croisons quelques amis venu à notre rencontre en canot moteur. Ils ont l’air bien à fond mais pas dans le même domaine que nous !

Le ciel devient très chargé sur le Gramont et au fond sur le Valais. On sent de l’air plus froid qui descend de la montagne. Nous naviguons tribord amure direction Vevey environ. Vers la tombée de la nuit, la vaudaire entre plus franchement. Nous sommes à fond au près. Il faut rapidement adapter le réglages et se mettre au rappel. La course s’accélère et ça fait plaisir. Vers 23h15 nous passons au Bouveret au contact d’un 18 pieds australien.

On repart sous grand symétrique. La glisse est bonne à 6.5 nœuds environ droit dans l’axe du lac.

Devant Meillerie, sans surprise, le vent mollit. On passe à l’asymétrique pour être plus dynamique dans les transitions de vent. Nous avons du vent dans toutes les directions possibles. Toutes les amures sont passées en revue. Il faut rester concentré pour ne pas manquer une bonne occasion de faire glisser le bateau. Au niveau de Thonon nous touchons quelques chose de plus franc qui vient de la côte suisse. Sous asymétrique tribord amure nous filons droit sur Yvoire. Je vais me coucher et dormir de 3h39 à 7h30 sur mes deux oreilles.

Lorsque je me réveille, nous sommes au près dans le petit lac. L’équipage a fait une superbe navigation. Autour de nous il n’y a que des grosses machines. X35, Luthi, Toucan, mais aucun autre GS. Le fait de tous aller dormir confortablement dans la cabine à tour de rôle est très efficace. Les barreurs/équipiers frais amènent du dynamisme quand ils reprennent les commandes de la tactique.

Nous avons une bonne avance, mais il faut toujours se méfier du petit lac. Le vent est totalement aléatoire. Nos essayons de faire une route directe en prenant le risque de passer assez près de la pointe à la bise. Erreur qui coûtera cher à Flash qui malgré une bonne avance se fera coiffer juste avant la ligne par Mea Huna. Mea qui réalise une fin de course de feu pour prendre la deuxième place.

Quelques petites risée nous permettent de glisser jusqu’à la ligne que nous franchissons à 10h20 environ.

Un bol parfaitement classique. Du petit temps dans les vents du Léman. Séchard, rebat, vaudaire et tous les autres. Quelle concentration de tous les instants cela demande. C’est beau de confirmer la victoire de l’an passé. Little Nemo 2 est en forme en ce moment !

Bravo à tous les équipages qui ont terminé. Merci à mes merveilleux équipiers pour leurs performances et leur patience.

Merci à la SNG pour l’excellence de leur organisation. (un peu plus de paella et de bière le vendredi soir svp!)

Bernard Borter pour Little Nemo 2

Vidéo de la remise des prix Bol d’Or Mirabaud 2018